SE RENCONTRER SOI-MÊME

SE RENCONTRER SOI-MÊME

❛Ne plus attendre personne, pas même un miracle, c’est peut-être avoir enfin une chance de se rencontrer soi-même.❜ C’est exactement la phrase qu’il me fallait pour commencer cet article. J’ai mis du temps à me lancer, je ne savais pas comment aborder ce sujet. Se retrouver seule, face à soi-même, après une rupture.

Ce blog est un peu comme mon journal, où je parle des épreuves de ma vie, et même si je n’aime pas étaler ma vie privée j’aime vous parler de tout. Même de rupture, car oui, les ruptures font parties de la vie et ce sont des épreuves difficiles pour tout le monde.

 

A lire aussi : S’accepter tel que l’on est – Les crises d’angoisse, mon histoire

 

J’ai toujours eu de longues relations amoureuses. La plupart ont duré entre 1 et 4 ans. J’ai 23 ans, alors autant vous dire que je suis jamais restée seule très longtemps. Vous allez vous dire, tant mieux tu as de la chance ! Oui c’est sûr, j’ai eu la chance de connaître de belles et longues relations et d’être tomber amoureuse, ce qui n’est pas le cas de tout le monde à cet âge là. Mais au final dans tout ça, je ne suis jamais restée seule avec moi-même.

Ma dernière relation a été merveilleuse en plusieurs points. Mais elle s’est malheureusement très mal terminée. Parfois je me demande comment une relation et une complicité telle que la nôtre peut se terminer de cette façon si tragique. Mais dans ces moments difficiles j’ai toujours gardé à l’esprit que si je vivais cela, c’est que ça devait se dérouler de cette manière, que tout est juste. Et quelques mois plus tard avec du recul, je me rend compte qu’en effet tout est juste et que cette épreuve à réveiller mes peurs les plus profondes.

 

Les peurs du rejet et de l’abandon. Je vous parlais dans cet article lecture du livre “Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même”. Un merveilleux livre que tout le monde devrait lire. Et en le lisant, j’avais déjà reconnu ces blessures en moi. Cet évènement n’a fait que les révéler.

Je me suis rendu compte à quel point je me perdais dans mes relations. Une fois en couple je n’étais plus la même personne. Je m’oubliais, je prenais mon chéri pour mon pilier et je ne vivais qu’avec lui, qu’en fonction de lui. Je me sentais dépendante de lui, et là on arrive à la dépendance affective. J’avais l’impression de ne plus pouvoir vivre seule, me retrouver seule. Car j’ai toujours détesté ça, la solitude.

J’ai toujours détesté me retrouver face à moi même, à mes pensées, à mes peurs. J’avais toujours besoin de quelqu’un dans ma vie. Si je n’avais personne je me sentais abandonnée, triste, sans aucun but. Je ne me sentais pas aimée, en fait. Mais au final, est-ce que j’ai réellement besoin de quelqu’un, pour me sentir aimée ?

Bien sûr, la réponse est non. Je n’ai besoin de personne car je peux m’aimer moi-même. Je peux vivre moi-même ma vie, sans l’aide de personne. C’est ce que je suis en train d’apprendre, car j’ai encore beaucoup de boulot. La vie a amené un évènement sur mon chemin pour me faire comprendre une deuxième fois, après cette rupture, à quel point j’avais du travail !

Comme on l’entend souvent “il faut s’aimer soi même avant de pouvoir réellement aimer les autres. Je pense sincèrement que le secret d’une belle relation c’est ça, d’abord s’aimer soi-même, être vraiment bien dans sa vie lorsque l’on est seul. Être heureux et indépendant en étant célibataire, avant de pouvoir être heureux en couple. Ne pas avoir d’attente, ne pas vouloir changer cette personne pour qu’elle ressemble à ce que l’on attend d’elle. Et ça marche de la même façon en amitié !

 
En résumé, notre bonheur ne doit pas dépendre d’une personne, mais seulement de nous-même.

Tout est en nous, inutile de le chercher à l’extérieur !

 

Et vous, êtes-vous heureux, même seul?

Amour

.

.

.

.

↡ Pour épingler l’article ↡

 

 

3 Commentaires
  • Laura
    Posted at 20:03h, 28 mars Répondre

    Je me retrouve un peu dans ce que tu dis. Même si je ne suis pas célibataire, j’ai l’impression d’être dépendante de mon chéri… parfois. Je déteste aussi la solitude.
    C’est pourquoi il est important de faire des choses pour soi !

  • Léa Loiseau
    Posted at 20:03h, 28 mars Répondre

    Bonjour Amandine!

    Je me retrouve totalement dans ton article. Je suis célibataire et je n’ai jamais eu de petits-amis encore mais j’ai une peur bleue de la solitude et de me retrouver seule avec moi-même.

    Je suis tombée amoureuse plusieurs fois de garçons plus âgés que moi et c’est à chaque fois la même chose: je tombe amoureuse, je m’attache beaucoup trop à eux, je commence à rêver et à me faire des films et j’attends bêtement qu’il se passe quelque chose avec la personne en mettant ma vie entre parenthèse.

    Ces situations apportent toujours de la tristesse, de l’attente et de la déception parce que j’en demande trop à l’autre personne, que je suis trop dans la dépendance affective et celui-ci préfère fuir.

    J’essaie de faire un gros travail sur moi-même mais c’est toujours compliqué de se faire confiance et d’avancer seule.

    En tout cas, merci pour ton partage et ton article qui aide à se remettre en question et à avancer!

    Passe une bonne journée,
    Léa.

  • Coralie Monpontet
    Posted at 20:03h, 28 mars Répondre

    C’est assez fascinant ce que l’univers veut nous montrer. J’ai moi même vécu une rupture récemment, je suis également tombée sur les 5 blessures qui m’ont confirmé ce qui se passait au fond de moi et je suis totalement dans le même état d’esprit que toi. Et aujourd’hui quand on me demande si j’ai quelqu’un, je suis heureuse de répondre que je m’ai moi et que pour l’instant c’est tout ce dont j’ai besoin :).

    Je trouve beaucoup de réconfort dans la méditation et le yoga, dans le fait de rechercher mes réels besoins en dessous de toutes ces couches que mes blessures ont créé. Et avec le temps cela remonte, et c’est si merveilleux !

    Un grand merci pour ton article, très beau. C’est toujours agréable de lire des personnes qui vivent, à leur manière, des expériences qui nous ressemblent.

    We are all made from stars, brothers and sisters of the universe :).

    Coralie

Poster une réponse à Coralie Monpontet Annuler la réponse