LES CRISES D'ANGOISSE - MON HISTOIRE

03 octobre

Ce billet est le début d'une série d'articles traitant sur les angoisses, les peurs et les phobies. Je commencerai par vous raconter mon histoire (ça risque d'être long!), puis comment je l'ai accepté et comment je vis avec. Je finirai par vous donner les conseils et les méthodes qui ont marché pour moi, en espérant que cela pourra vous aider si vous êtes concerné !


MON ENFANCE

J'ai grandi avec un papa lui-même angoissé, qui m'a inconsciemment projeté ses peurs et angoisses, étant son premier et seul enfant. Je ne dis pas que tout est de sa faute car j'ai conscience d'avoir une personnalité anxieuse de base. Étant bébé, il passait souvent la nuit près de moi et avait beaucoup de mal à me laisser dormir seule dans ma chambre. En grandissant, je n'arrivais donc pas à dormir dans mon lit sans avoir peur et je me réveillais souvent prise de panique. Plus tard, je n'avais pas le droit d'aller dormir chez des amies ou même chez ma famille, je ne devais pas être trop loin de mon père lorsque l'on était dehors, il avait même peur lorsque je voulais faire du manège à la fête foraine (Depuis je n'en ai plus jamais fait!), et j'en passe... Il était sur-protecteur et je n'arrivais plus rien à faire toute seule... Heureusement, arrivée à l'adolescence j'ai réussi à me défaire de toutes ces peurs, ou presque.

UNE PHOBIE DEPUIS MA NAISSANCE

J'ai la phobie de vomir depuis que je suis née. Et oui, je suis née avec 3 tours de cordons autour du cou et j'ai avalé du liquide amniotique (mon père disait que je ressemblais à E.T et que j'étais toute violette, imaginez le truc ahah!). Comme si ce n'était pas suffisant, je suis restée en couveuse pendant plusieurs jours sans voir ma mère (imaginez le choc quand on vous enlève de votre mère alors que vous venez de pointer le bout de votre nez...). J'ai eu un traitement contre les vomissements pendant quelques temps après ma naissance suite au liquide amniotique présent dans mon organisme.

La maladie et les médicaments étaient ma hantise étant petite (et ça l'est toujours...), car j'avais toujours peur de vomir. Quand j'avais mal au ventre je ne disais rien, je ne voulais jamais aller chez le docteur et prendre le traitement qu'il me donnait. J'étais une petite fille très difficile ! Arrivée à l'adolescence, les sorties, les copines, les boîtes de nuit et tout ce qui va avec, j'ai souvent refusé certaines propositions de soirées car j'avais peur de voir des gens malades, je ne pouvais pas regarder des gens malades à la télé sans sentir cette boule se former dans ma gorge... C'était vraiment une obsession.

J'ai également découvert que je n'étais pas très bien quand je partais en voyage, en week-end, loin de chez moi (moi qui rêve de faire le tour du monde...). Dès que je n'ai plus mes repères, j'angoisse.


"J'AI VÉCU UNE DES PIRES CHOSES AU MONDE..."

Jusqu'au jour où ma vie à complètement était chamboulée. J'avais 18 ans, et j'ai vécu une des pires choses au monde. C'est un sujet très sensible... Cet évènement traumatisant a été le déclencheur d'une longue série de changements dans ma vie.

J'ai donc découvert les crises d'angoisses. Certains symptômes sont les mêmes pour chaque personne, mais d'autres sont vraiment liés à la personnalité et au vécu de chacun. Mes crises d'angoisses commencent par ma gorge qui se serre, ce qui me donne de fortes nausées. Je ne peux plus avancer, marcher, parler, je suis obligée de m'asseoir, n'importe où. J'ai besoin d'être dans un endroit ouvert, où il y a de l'air, car j'ai l'impression de ne plus pouvoir respirer. Si quelqu'un me parle ou essaie de me toucher, je ne peux pas rester et je suis obligée de partir ailleurs, toute seule, pour essayer de me calmer, j'ai l'impression que je peux vomir à tout moment (ce que je veux éviter à tout prix, vous l'aurez compris). Quand mes crises sont vraiment fortes, elles peuvent se transformer en crises de panique, et je peux me mettre à trembler, pleurer...

A partir de ce moment-là, ma vie est devenue un calvaire pendant 6 mois. Sans parler de la dépression, je ne pouvais plus sortir de chez moi, je ne voyais plus personne... Et puis j'ai eu un déclic. Et j'ai décidé de reprendre ma vie en main ! (Si si, je vous jure que c'est possible !)

Dans le prochain article je vous expliquerais comment et pourquoi accepter ses angoisses. J'espère vraiment que ces articles vous intéresseront et vous aideront si vous en avez besoin !



Avez-vous déjà connu les crises d'angoisses ? Êtes-vous également une personne anxieuse ?
Amour,

ARTICLES SIMILAIRES

11 COMMENTAIRES

  1. Ma loutre, je comprends tellement ce que tu décris là. Je trouve ça très beau, très noble et vrai d'en parler sur ton blog. Ces crises de panique qui prennent à la gorge, qui font pleurer sans savoir précisément quoi, qui donnent envie d'être une pierre et de ne plus rien ressentir. Merci pour tes mots et pour le partage de ton histoire. J'espère que tes articles pourront aider beaucoup de gens ! En tout cas j'ai hâte de voir le prochain !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup d'avoir pris le temps de lire mon article, et merci pour ce commentaire ! J'ai mis du temps avant de me lancer pour écrire tout ça, mais j'ai vraiment envie d'aider les personnes qui ressentent la même chose que moi. J'espère que mes prochains articles sur le sujet te plairont ! Belle journée

      Supprimer
  2. Courage <3
    Comment ton papa a vécu ton adolescence et le fait de devoir te laisser t’éloigner ?
    Je te souhaite d’aller mieux et de réussir de plus en plus à avancer, et à lutter contre cette phobie et ces angoisses.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour mon adolescence c'était très dur, beaucoup de disputes avec mon père... Merci beaucoup pour ce petit mot <3

      Supprimer
  3. Quel courage d'avoir écrit cet article, surtout pour aider les autres c'est beau et fort.
    J'ai moi aussi eu une enfance difficile, celle d'une enfant malade. J'avais des frayeurs noctures terribles. Je suis hypersensible donc je prends tout avec violence, le mauvais comme le beau. Je me suis depuis toute petite réfugiée dans le dessin donner une forme, une substance à mes angoisses m'a délivrée. La vie s'est acharnée contre moi, m'enlevant un à un les êtres que j'aimais le plus... J'ai tenu bon, je me suis battu comme une lionne pour ne pas sombrer. Nous avons des ressources incroyables! Je suis devenu fataliste. Je vais suivre tes articles et si tu as besoin d'être aider à ton tour je serai là aussi.
    Bonne nuit

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup ! C'est bien de trouver une passion qui nous permette de nous libérer de nos émotions. Je sais ce que c'est de perdre des êtres chers, et en effet on se rend compte des ressources que l'on a, car il faut du courage... En tout cas merci d'avoir lu mon article, j'espère que mes petites méthodes pourront t'aider également !

      Supprimer
  4. bravo pour cet article... je souffre moi aussi de crises d angoisse depuis 4 ans (j en ai 43), et je te comprends très bien...
    bon courage!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup ! Je me rends compte que finalement nous sommes nombreux à ressentir ces émotions, alors j'espère que mes articles pourront en aider beaucoup !
      Bon courage à toi aussi, de gros bisous

      Supprimer
  5. Je l'impression de me retrouver ...
    Parce rapport à la dépression, tu as été diagnostiquée car j'ai vécu quelque chose de similaire mais je ne suis jamais allée voir quelqu'un ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou ! Oui j'ai été chez un médecin et il m'a bien diagnostiqué une dépression, j'ai eu un traitement etc. Mais dans le prochain article je vous parlerai de ce que j'ai fais pour guérir notamment de la dépression, et je vous donnerais mes petites astuces. J'espère que cela pourra t'aider ! <3

      Supprimer
    2. Merci pour ta réponse, actuellement je me sens beaucoup mieux, mais je lirais la suite de ta serie d'article 😊

      Supprimer